fortune de mer
l'artiste
tableaux
sculptures
expositions
médias
liens

 EXPOSITIONS

Du 14 au 20 juillet
Office de tourisme de Damgan
Place Tiffoche - (56)
www.damgan-larochebernard- tourisme.com

Du 31 juillet au 29 août
La Galerie 29

25 rue V.Hugo, Audierne (29)

Les 18 et 19 septembre
dans le cadre des Journées du Patrimoine
Jardin du phare de Port Navalo
9 rue du phare - Arzon (56)
www.arzon-evenements.com

 

 NOUVEAUX TABLEAUX  

2 nouvelles séries sur le site :

Patrick Nicol, artiste de la mer


Portrait de Patrick Nicol au journal de 13 h de TF1 - juin 2015

Visite à domicile sur RDV :
02 97 26 87 11
patrick.nicol@wanadoo.fr

Pour certains, " Fortune de Mer " évoque les coups du sort que la mer réserve aux marins.
Pour d’autres, c’est le droit de recueillir sur le rivage les épaves que la mer laisse après la tempête.
Pour moi, c’est ce matériau précieux, marqué par la mer et le temps, qui permet la réalisation de ces oeuvres qui sont autant d’invitations au voyage.

Ma démarche est la suivante :

Je parcours à longueur d'année les grèves du littoral de Bretagne sud ou les îles du Golfe du Morbihan. Je collecte les morceaux de bois d'épave et de bois flotté qui ont attiré mon attention, soit par leur forme, leur couleur, leur aspect... soit par leur vécu. C'est une pratique courante qui peut s'appeler "aller au pinsé" ou "à gravage" sur d'autres côtes.
Un petit morceau de bois a beaucoup de choses à raconter. D'abord son passé en tant qu'arbre, branche ou racine avec ses noeuds, ses veines...
Ensuite, il a été façonné par l'homme pour devenir membrure, bordé, gouvernail...
Enfin, il a été meurtri par le ragage sur les rochers, poncé par le sable, rongé par les vers marins. En somme, il est riche de tout son passé.

En général, une pièce qui a suscité mon intérêt va devenir la pierre angulaire de la future réalisation. J'organise autour d'elle les différentes pièces d'un puzzle dont le dessin final reste à trouver. Je me fie alors à mon instinct : la courbure d'une membrure vient équilibrer la raideur excessive d'un bordé, une volée de rivets oxydés va atténuer la masse trop imposante de cette porte de panier à crabes...
La construction s'achève lorsque je pense avoir donné suffisamment d'indices pour que l'ensemble "fonctionne". Je suis souvent moi-même surpris de la composition qui vient d'émerger.
Le titre vient alors après la réalisation. C'est le cas de tableaux comme "Bréhat la rouge" ou "Pécheurs d'histoires".
Une autre démarche, sorte de dérive à partir du vécu, m'est également familière.
D'un souvenir, d'une rencontre, d'une idée, d'une sensation ou de tout autre chose, peut surgir l'envie de s'exprimer. C'est la position de l'artiste devant la page blanche. Dans ce cas-là, les esquisses sur le papier m'ont rarement été d'un grand secours. J'essaie d'imaginer les matériaux et les codes plastiques qui vont pouvoir lui donner forme. Après une maturation plus ou moins longue, la composition du futur tableau s'impose d'un coup comme une évidence. Il me reste alors à choisir dans mes réserves les pièces qui permettent de concrétiser cette "vision".

Arrivé à terme, quand l'oeuvre est achevée et exposée, il n'est pas essentiel que le spectateur rejoigne cette interprétation qui m'est personnelle.
S'il peut y investir son propre imaginaire et aiguiser ses propres sensations, c'est tant mieux ! Je n'ai d'autres désirs que de l'inviter au voyage.

Patrick NICOL